Le symposium en deux mots

LE TEMPS À L’OEUVRE

Les artistes de toutes les époques se sont intéressés à la question du temps. Prenons seulement l’art de peindre comme exemple. Quoi de plus lent, de plus séparé du temps circulant, que cette volonté d’arrêter le monde et de le rendre autrement selon un processus spécifique. Les artistes sont les capteurs de forces en mouvement. D’une manière paradoxale, ce sont eux qui veulent arrêter le temps, le fixer en une image synthétique, sorte de calque imaginaire du monde dans lequel nous vivons. En art, le temps est long ; il n’y a pas de court-circuit possible. Chaque geste, chaque intervention résultent de choix qui se présentent, l’un à la suite de l’autre, en une séquence qui se construit à même la matière-temps. En art, le temps peut être un lieu ou un espace où se développent des manières d’être, des manières de faire, de créer.

Pour le 32e Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul nous visons des pratiques qui traitent de la notion du temps de toutes les manières possibles. Ainsi nous invitons les artistes dont les oeuvres abordent cette question à poser leur candidature dans le cadre de cet appel.

Saviez-vous que...

Depuis son ouverture, le Symposium a généré plus de 500 oeuvres; le MACBSP en possède près de 300 au sein de sa collection permanente !